Catalogue électronique - Colección Gelonch Viladegut

POINT DE RENCONTRE POUR IMAGINAIRES VOYAGEURS
Galerie Intemporel et la Collection GELONCH – VILADEGUT
Henri Guédon
Salvador Dalí
Elizabeth Colomba
Exposition du 17 Octobre au 31 Décembre 2014
Joàn Miró
Col·lecció Gelonch Viladegut
www.gelonchviladegut.com
37, rue Quincampoix, 75004 Paris, France
Tél. 33 (0)1 44 51 63 29 - 33 (0)6 18 44 17 58
www.galerieintemporel.com
laurence@artintemporel.com
du mardi au samedi de 14h00 à 19h00 et sur rendez-vous
Commissaire : Laurence Choko
Traduction de l’espagnol au français
Melanie Choko
Traduction du français a l’anglais
Jacques Chard-Marie-Sainte
Remerciements à Carlota Gelonch, Emmanuel Gabriel et Bérénice Gabriel
MONTOTO Arturo
« Tranche de Pastéque »
2012– Aquarelle – 80X80 cm
BORRELL Alfons
« Barcelona 79 »
1979 - Lithographie Ed: 13/99
76 x 56 cm
RIERA i ARAGÓ Josep
TÀPIES, Antoni
«Sans titre »
Non daté - Eau-forte illuminé à la
main - Ed : 5/79 - 75,5 x 56 cm
«Quatre fleuves de sang»
Non daté – Lithographie
BECHTOLD Erwin
« Sans titre » - Non daté
Eau-forte, carborundum et lithographie - Ed :
P.A. 1/15 - 65 x 49,5 cm.
MONTOTO Arturo
« Graine de Pastéque »
2012– Aquarelle – 80X80 cm
Point de rencontre pour imaginaires voyageurs
Yolanda Wood
Les merveilleux paradoxes du voyage créent la possibilité, tant attendue, d’un point de rencontre où vient s’achever un trajet, et commence un dialogue fécond
avec l’inconnu, révélant ainsi la route de chemins futurs. C’est le cas de Paris, qui, au fil des années, devint un centre de convergence facilitant tout type de
relation ; et ce plus particulièrement pour le monde de l’art, puisque c’est là que se sont initiés les échanges créatifs les plus passionnants. Paris est une ville hors
du temps et il est naturel qu’il y existe une galerie dont le nom en définisse parfaitement l’intention : Intemporel. Dans cet espace d’ « intemporalité artistique
», se côtoient des plasticiens aux origines et expériences culturelles diverses, et c’est dans ce lieu que se tiendra une exposition proposant à chacun d’apprécier
toute la mesure de l’acte créatif.
Les artistes et les œuvres sont porteurs d’imaginaires voyageurs arrivés à un point de rencontre, et c’est dans cet univers esthétique, fonctionnant selon ces
propres codes temporels, que s’inscrit l’exposition. Elle laisse découvrir un dialogue inédit mais nécessaire à notre société contemporaine, qui réunit les discours
si distincts de la Caraïbe et de la Catalogne, pourtant tous deux méditerranéens puisque provenant de pays entourés par la mer, au milieu de la terre. D’un côté,
un discours américain plus communément reconnu comme proprement caribéen ; de l’autre, la légendaire Europe chargée de toute son histoire passée et
actuelle. Une exposition donc peu ordinaire qui ne cherche pas à mettre en avant les différences nées de cette géographie, mais qui s’attache à présenter les
artistes dans leur individualité, et ce qui est inhérent à l’art : l’universalité de la sensibilité artistique.
Les œuvres exposées couvrent une période très vaste ainsi qu’un champ de références qui l’est plus encore. A travers elles, s’entremêlent de multiples impressions et réflexions qui, lorsqu’elles sont misent en relation, dépassent complètement leur contexte originel, et qui, finalement, forment un art qui échappe à tout
enracinement, s’internationalise, va et vient. C’est dans cette perspective que s’impose le point de rencontre établi par cette exposition, en devenant ainsi un
lieu commun par-delà les écoles, les tendances et les styles, mais qui ne sert pas pour autant de thème fédérateur ou de critère de sélection des œuvres. On y
trouve donc des artistes nés avant et après la deuxième moitié du XXème siècle, des œuvres postérieures et d’autres plus récentes, des maîtres, des plasticiens
consacrés mais aussi d’autres plus jeunes. Ainsi, cette exposition propose de mieux comprendre ce qui est propre à chaque artiste : leurs imaginaires, tous
voyageurs à cette occasion.
Pourtant, il existe bien un contraste entre les procédés et les langages utilisés : une collection de gravures aux techniques diverses, représentant la Catalogne
grâce à des artistes emblématiques du siècle passé, tels que Miró, Dalí et Tapies, exposée face aux œuvres que l’on trouve habituellement à la galerie Intemporel.
Cette rupture de l’histoire de l’art via les figures et styles présentés dans ce projet, peut être considérée comme une sorte de tribut allant au-delà des distances
critiques entre ceux qui n’étaient pas encore là lorsque les autres l’étaient, et ceux qui le sont aujourd’hui tandis que les autres ne le sont plus. Cette dimension
qui transgresse le temps et l’espace permet l’établissement d’un discours qui abolit les hiérarchies et révèle la considérable transversalité du monde artistique,
en mettant en valeur des créateurs aux latitudes différentes, qu’elles soient celles de l’Europe continentale ou des îles de la Caraïbe. Ainsi se redessinent les
lignes périphériques d’une cartographie culturelle hégémonique qui permit l’écriture de l’Histoire de l’Art, empathique et en majuscules.
Dans sa diversité, l’exposition dévoile le changement de sensibilité qui s’est opéré dans l’art afin d’ouvrir la voie à l’art contemporain après la seconde moitié du
vingtième siècle, dont Miró, Dalí et Tapies furent les principaux fondateurs et protagonistes. Tant le surréalisme que l’abstraction furent essentiels aux nouvelles
directions que prit l’art dans les centres de pouvoir symboliques et les espaces périphériques, témoignant ainsi d’un déséquilibre historico-artistique dans le
processus de création ; cela fut le cas dans la Caraïbe, que les artistes résident dans leurs pays d’origine ou leurs diasporas.
Avant tout, ce fut l’abstractionnisme, non pas celui du début du vingtième siècle qui intéressa peu ou pas les plasticiens caribéens, mais plutôt les effets rénovateurs de l’art pauvre et informel qui initièrent un changement dans les paradigmes esthétiques et les critiques artistiques, en mettant en valeur la liberté
suprême de la subjectivité créatrice dans l’emploi des ressources plastiques. Un nouvel univers s’ouvrit pour les artistes qui comprirent que la réalité pouvait
être créée plutôt que seulement représentée, et que le caractère sensible de la notion de surface pouvait faire de celle-ci le réceptacle de nouvelles alternatives
plastiques et communicationnelles. Le champ des possibles créatifs fut ainsi grandement décuplé. Aussi, le symbole fut maître du panorama créatif, notamment en devenant un signe visuel lorsque les référents furent assimilés à des attributs chargés de sens. La sélection et la synthèse devinrent aussi des opérations
intellectuelles jusqu’à atteindre l’absolue conceptualisation de la réalité comme unité de sens.
Tous ces procédés sont visibles dans les œuvres exposées, et ce même si la figuration y est clairement présente ; l’aboutissement de l’exposition n’en est
que plus saisissant grâce à l’hétérodoxie du langage artistique utilisé et aux libertés inspirant l’expression visuelle. Il s’agit d’un moment d’interconnectivité
majeure, inhabituel et sans précédent, qui pourrait s’envisager comme l’internationalisation de l’art, issue de multiples ruptures existentielles, de périodes de
changement de sensibilité et de paradigmes, ainsi que de crises successives, où se réduisent les distances entre les territoires, l’intensité des va-et-vient laissant
découvrir un nouveau panorama de communication entre les sociétés. Cependant, l’art ne s’oppose pas à la réalité ni ne s’en sépare ; il propose simplement
de la créer depuis la culture et l’imagination.
Il s’agit d’un débat intrinsèque à la modernité proprement européenne sous l’influence des courants artistiques provenant des Etats-Unis, marqués aussi par
l’empreinte caribéenne. L’œuvre d’art s’ouvrant ainsi à une meilleure compréhension de l’histoire de la signification de l’abstraction, interprétée plus comme un
instrument esthético-artistique dans le processus de création ; tandis que les autres tendances figuratives commencèrent à apparaître sur la scène internationale dans les années 1960 et 1970, telles que le pop art et la nouvelle figuration, qui participèrent aussi à l’ouverture du dialogue artistique à la contemporanéité.
En développant la capacité artistique de toutes les méthodes employées par le langage plastique ainsi que ses expressions potentielles, l’art s’est emparé de
certaines zones dans le monde spirituel du plasticien qui privilégièrent des aspects méconnus de la manière de faire et de penser les arts plastiques au sein
d’une nouvelle culture visuelle, comme le révèlent les artistes caribéens lorsque l’on centre notre attention sur leurs œuvres, provenant plus particulièrement
de la spiritualité caribéenne et des ressources de l’intertextualité. L’univers du réel a abandonné son rôle de référent et les artistes pénétrèrent dans des contrées
toujours plus introspectives, fournissant ainsi toutes les métaphores possibles à la création afin d’y montrer le visible et l’invisible, le réel et le figuré. C’est avec
force que se découvre cette synthèse dans les œuvres graphiques des graveurs catalans.
Un procédé commun rapproche ces œuvres pourtant lointaines en ce point de rencontre. Les imaginaires voyageurs des artistes exposés permettent de
réduire considérablement les longues distances opposant la Catalogne et Paris, ou plus encore celles entre le vieux continent et la Caraïbe. La spontanéité
du tracer, l’épaisseur des pigments, la durée de l’œuvre comme quelque chose qui y vit, l’autonomie propre aux images, indiquent des zones d’exploration
permettant d’atteindre une conscience culturelle dans laquelle la flexibilité du langage des signes a non seulement épuré les codes artistiques en les rendant
plus synthétiques et expressifs, mais a aussi sensibilisé la perception du spectateur afin de lui révéler la façon dont le réel et l’imaginaire estompent les frontières
entre différents espaces géographiques pour faire converger les imaginaires artistiques au point de rencontre qu’est l’Intemporel.
Cojímar, le 12 juillet 2014
RÀFOLS-CASAMADA Albert
« Jaune incandescent » - 2007 Eau-forte – Ed : 7/9 - 56 x 76 cm.
MIRANDA Ibrahim
« Talisman » - 2014 – Technique
mixte/toile - 150x100 cm.
CAMP Joaquim
« Sans titre » - 1990- Eau-forte et
aquatinte : Ed : 1/25 - 44,5 x 32 cm.
MIQUEL Anna
« Carte Postale BCN rouge » - Circa
1950 – Lithographie – Ed : 72/75 58 x 75,5 cm.
MIRANDA Ibrahim
« Sans titre » - 2014 - Technique
mixte/ carte sérigraphiée.
25x200cm.
Meeting place for wandering imaginaries
Yolanda Wood
The wondrous mystery of a trip creates the so-awaited possibility of a meeting point where a trajectory ends, and a fruitful dialogue begins with the unknown,
thus revealing a roadmap to paths to come.
Case in point, the city of Paris which, as the years passed, became such a focal point, allowing all possibilities of relationships, specifically for the artistic world, as
this is where the most creative and fascinating exchanges were initiated. Paris is a city beyond time and it does make sense that there exists an Art Gallery whose
name perfectly defines that intent: “Intemporel”. In that space of “artistic intemporality”, artists from different origins and cultural experiences meet together,
and it is precisely there that will take place an exhibition where everyone will have the opportunity to appreciate the scope of creativity itself.
Both artists and art pieces bring forth what can be called « wandering imaginaries »: coming to a meeting ploint. The exhibit will take place in this aesthetic
realm that functions with it’s own temporal codes. It facilitates the discovery of an unusual dialogue, but so necessary to our contemporary society, that brings
together the distinct Caribbean and Catalonian discourses, both Mediterranean in that they come from countries surrounded by the ocean, in the midst of the
earth. On one side, an American discourse, even though recognized as specifically Caribbean; on the other, a legendary Europe brimming with it’s own past
and present History. Thus, an exhibition out of the ordinary that does not attempt to accentuate the differences born out of that geography, but on the contrary
endeavors to present each artist’s individuality along with what is intrinsic to art: the universality of artistic emotion. The pieces being exhibited cover a vast
period of time and a field of references that is even larger. Through them, multiple impressions and reflections are intertwined and so, as they are placed in
relationship, they go beyond their original context creating an art space that escapes any specific rooting, becomes international, comes and goes around. It is
in that perspective that this exhibit is a must, becoming a nexus beyond schools, trends and styles, but still does not pretend to be an argument to federate nor
discriminate art pieces. Therefore, here you will meet artists who were born before and after the second half of the 20th century, art pieces that are posterior and
more recent ones, masters, recognized artists and emergent ones. This exhibition offers to better understand what is specific to each artist: their imaginaries,
all of them wandering artists on this particular circumstance.
Indeed, there is a divergence between the means and the languages at hand: a collection of engravings with mixed techniques representing Catalonia thanks
to emblematic artists of last century such as Miro, Dali and Tapies, facing the pieces usually found at Intemporel Gallery. This fracture in Art History through
the diverse figures and styles exposed in this show, can be viewed as a tribute of sort reaching beyond critical distanciation between those who were not yet
present when others were, and those who are here today while others are not any more. This dimension that bypasses time and space, allows the actualization
of a discourse that abolishes hierarchies and reveals the awesome transversality of the art world, as it puts forth creators with different means of expression,
whether from continental Europe or from the Caribbean islands.
In doing so, the peripheral lines of a dominant cultural mapping that wrote Art History with self-assurance and authority, are redrawn.
Through it’s diversity, the exhibit unveils the emotional switch that occurred in art in order to open the way for contemporary art, following the second half of
the 20th century, when Miro, Dali and Tapies were the most prominent creators and advocates. Surrealism as much as abstraction were central to the art new
directions, in the very heart of the symbolic power centers and peripheral spaces, witnessing the historico-artistic shift in the creative process; such was the
case in the Caribbean, whether the artists lived in their own native land or in the diasporas.
Foremost, it was abstractionism, not the form of it from the start of the 20th century that less interested Caribbean artists, but rather the renewing influences of
Arte Povera and informal art that boosted a change in aesthetic norms and art critics by placing to the forefront the notion of the supreme freedom of creative
subjectivity in the use of artistic resources. A new universe became wide open for the artists who understood that reality could now be created rather than
merely be represented, and that the delicate concept of surface could be conceived as the receptacle of new innovative alternative materials and means of
communication. All of a sudden the scope of creative possibilities became demultiplicated, and the notion of symbol emerged at the center of creativity mainly
as visual signs understood as objective references, were transformed into attributes charged with meaning. Selection and synthesis were transformed into pure
intellectual proceedings and reached the point of absolute conceptualization of objective reality as a wholesome unit
All of this can be seen in the pieces being displayed, even when the figuration is still clearly present; the underlined achievement of the exhibition is even more
striking thanks to the mixed artistic languages being used and the freedom underlining the visual expression. What it’s about is nothing less than a moment
of major interconnectivity, unusual and without precedent, that could be fathomed as the internationalization of art, born from multiple existential shifts of
periods, of emotional and conceptual changes as well as of successive crisis where distances between territories are narrowed, the strength of the back and
forth allowing a new landscape of exchanges between societies to be seen. However, art does not position itself in opposition to reality nor does it distance
itself from it; it only offers to simply create itself from a cultural and imaginary point of view.
It is all about an internal debate on European modernity under the influence of artistic movements stemming from the United-States, equally marked by
a Caribbean imprint. Thus, the art piece opens up to a better understanding of the History of the significance of abstraction, better apprehended as an art
aesthetic in the creative process; whereas others figurative approaches started to appear on the international art scene in the 1960’s and 1970’s such as Pop Art
and New Figuration that also were involved in the opening of the artistic dialogue about contemporaneity.
As it expanded the artistic possibilities of all the methods used by the artistic languages, art also captured some areas of the artist’s spiritual world that emphasized some unknown ways of doing and of thinking art in the realm of a new visual Culture, just like what the Caribbean artists do when you focus your attention on their production, most precisely from Caribbean spirituality and inter-textual resources.
The universe of reality has given up on a role of standard, and the artists have entered into a world of never-ending self introspection, feeding on all types
of imageries in order to enrich their creations so as to show what is visible and invisible, reality and figuration. It is with upmost strength that this synthesis is
revealed in the graphic works of the Catalonian artists.
A common approach brings closer together these spaced-out pieces. The wandering imaginaries of the artists allow to reduce dramatically the physical distances between Catalonia and Paris, and even more so between the old continent and the Caribbean.
The free style and spontaneity of the drawing, the thickness of the pigments, the duration of the art piece intrinsically alive in the art piece itself, the autonomy
of the images; all of the above points to areas of exploration that allow to reach into a cultural consciousness in which the flexibility of the language of signs
has not only simplified the artistic codes by a process of an ever increased syntheticness and expressiveness, but also increased the awareness of the art lover in
order to reveal the way in which reality and imaginary erase the borders between different geographical spaces in order to bring together artistic imaginaries
to a meeting point called “Intemporel”.
Cojímar, 12 de juillet 2014
GUEDON Henri
Ecriture ABAKUA - 1998 - encre/papier
89x 157 cm.
AMAT Frederic
« Incendies » - Non daté -Eau-forte : Ed : 13/50
97x 68,5 cm.
LLENA, Antoni
2003- « Hommage à Ràfols-Casamada»
Non daté - Impression digitale
Ed : 25/75 - 56 x 38 cm.
ABAD Antoni
« Sans titre » - 1981- Aquatinte
Ed : P.A - 40 x 30 cm.
HERNÁNDEZ PIJUAN Joan
«Sans Titre» - 2003 - Eau-forte et
aquatinte – Ed : 32/100 - 57 x 76 cm.
Punto de encuentro para imaginarios viajeros
Yolanda Wood
Las sublimes paradojas del viaje crean la posibilidad, siempre esperada, del punto de encuentro, lugar donde culmina un trayecto y se avizora el diálogo
fecundo con la otra parte. Ese punto en el camino se revela abierto para itinerarios futuros. París fue así a través del tiempo, un sitio de convergencias para
propiciar las conexiones. Allí el mundo artístico confluyó para originar los más excitantes intercambios creativos. París sigue siendo lugar de todos los tiempos,
y así ocurre ahora en este espacio galerístico de experimentación visual con un nombre que define su propia vocación expositiva: Intemporel. En ese lugar de
l´intemporalité artistique, se encuentran artistas provenientes de latitudes diversas con experiencias culturales también distintas, la muestra es para el disfrute
del acto de creación.
Todos los artistas y las obras son portadores de imaginarios viajeros, llegados al punto de encuentro desde otro lugar. Y en ese territorio artístico que vive
su propio tiempo, esta muestra propone una plática original y necesaria a la contemporaneidad, la de los disimiles discursos que emergen al reunir artistas
de las Antillas y de Cataluña, todos mediterráneos, es decir, de países bañados por un mar en medio de la tierra. Unos desde el americano proverbialmente
identificado como Caribe y otros desde el legendario europeo, de tantas historias antiguas y presentes. Muestra poco usual que no busca distinciones por esos
orígenes geográficos sino presentar a los artistas en su individualidad y en lo que es inherente al arte, lo humanamente común de su sensibilidad creadora.
Las obras cubren un lapso temporal extenso y un universo de referencias más extenso aún. En ellas intervienen múltiples impresiones y reflexiones que afiliadas –en mayor o menor medida a su contexto – en todos los casos lo superan, pues como arte al fin se escapa de todo encerramiento, se internacionaliza, se
va y regresa. En justamente en esa cualidad que el arte refiere donde se sitúa el punto de encuentro que esta muestra propone, un lugar común más allá de
escuelas, tendencias y estilos integradores , tampoco se trata de un tema o un motivo de selección. Artistas nacidos antes o después de la segunda mitad del
siglo XX, obras posteriores y más recientes, de maestros, consagrados y noveles. Una exposición para apreciar lo que es propio a los artistas, sus imaginarios,
viajeros todos en esta ocasión.
Contrastan sin embargo los medios y los lenguajes. Una colección de grabados, con una variedad de técnicas, distingue la presencia catalana, entre ellos artistas emblemáticos del arte del pasado siglo, como Miró, Dalí y Tapies, expuestos en l´Intemporel junto a todos los otros que están allí. Ese rompimiento del aura
de una historia del arte enfática sobre figuras y estilos que aporta este proyecto curatorial-expositivo, se diría un tributo para superar las distancias críticas entre
los que aún no estaban cuando ellos ya eran y los que son ahora cuando ya ellos no están. Esa dimensión transgresora de los tiempos y los espacios, construye
un discurso desjerarquizado y de mayor transversalidad en lo artístico, al poner en valor a los creadores de latitudes-otras, ya sean continentales europeas o
insulares caribeñas, con quienes se resitúan los márgenes periféricos de una cartografía cultural hegemónica desde la que se escribió una Historia del Arte,
también enfática y con mayúsculas.
En su diversidad, la muestra es a la vez reveladora de un cambio de sensibilidad que se operó en lo artístico para abrir los caminos al arte contemporáneo
después de la segunda mitad del pasado siglo, de la que Miró, Dalí y Tapies fueron fundadores y protagonistas. Tanto el surrealismo como la abstracción fueron
esenciales a las nuevas orientaciones del arte en los centros del poder simbólico y en los espacios periféricos que revelaban un desfasaje histórico-artístico en
sus procesos de creación, como ocurrió en las islas del Mar Caribe, bien que los artistas residieran en sus países de origen o en sus diásporas.
Fue sobretodo el abstraccionismo, no de principios del siglo XX –que poco o casi nada interesó a los artistas caribeños por lo mismo antes indicado -, sino los
efectos renovadores del arte povera e informalista, los que inauguraron un cambio de paradigma estético y de instrumental crítico-artístico, al poner en valor la
máxima libertad de la subjetividad creadora en el manejo de los recursos plásticos. Un universo se abrió ante los artistas al comprender que la realidad podía ser
creada más que representada y que el valor sensible de la superficie podía hacerla receptora de nuevas alternativas plásticas y comunicativas. El efecto fue de
una amplitud enorme de posibilidades expresivas. El símbolo dominó el panorama creativo y lo más significativo fue su conversión en signo visual por el modo
en que los referentes adquirían la connotación de atributos cargados de significados. La selección y la síntesis tuvieron carácter de operaciones intelectuales
hacia una mayor conceptualización de la realidad como unidad de sentido.
Todos estos recursos son bien evidentes en las obras que integran esta muestra, pues aun cuando la figuración se advierta presente, son significativas estas
ganancias por la heterodoxia en el lenguaje artístico empleado y las libertades que inspiran el tropo visual.
Se trató de un momento, inusitado y sin precedentes, de mayor interconectividad que pudiera identificarse como la internacionalización del arte, surgida de
múltiples rupturas existenciales, de tiempos de cambio de sensibilidad y paradigmas, de crisis sucesivas, cuando se acortaban las distancias entre los territorios
y la intensidad del ir y venir abría un nuevo panorama a la dimensión comunicativa de las sociedades. Sin embargo, el arte no se contraponía a la realidad ni
se separaba de ella , simplemente se proponía crearla desde la cultura y la imaginación.
Se trataba de un debate al interior mismo de la propia modernidad europea bajo el influjo de las corrientes artísticas provenientes de los Estados Unidos,
que marcaron también sus influencias en las islas antillanas. La obra de arte se abrió a una mejor comprensión histórica del significado de lo abstracto, comprendido más como instrumental estético-artístico en el proceso constructivo de la obra, mientras que otras tendencias figurativas comenzaban a aparecer
en la esfera internacional, en los sesenta y setenta, como el pop art y la nueva figuración, que harían también su parte en esas aperturas del lenguaje artístico
a la contemporaneidad.
Al ampliar la capacidad artísticas de todos los medios del lenguaje plástico y sus posibilidades expresivas, el arte interceptó zonas del mundo espiritual del
creador que potenciaron aspectos desconocidos del hacer y del pensar las artes plásticas en el ámbito de una nueva cultura visual, como se revela en algunos
focos de atención de los artistas antillanos que se muestran, sobre todo a partir de la espiritualidad caribeña y ciertos recursos d la intertextualidad. El universo
de lo real abandonó su sentido de referencia y los artistas penetraron a zonas cada vez más introspectivas y aportaron todas las metáforas posibles al universo
de la creación para hacer entrar lo visible y lo invisible, lo real y lo figurado. Con fuerza se muestra esa síntesis en las obras gráficas de los artistas catalanes.
Un proceder común acerca estas obras distantes al punto de encuentro. Sus imaginarios viajeros traen consigo el acortamiento de las largas distancias entre
Cataluña y París o más larga aun para las que atravesaron el Atlántico desde las Antillas. La espontaneidad del trazo, el espesor de los pigmentos, el tiempo de
la obra como algo que vive en su interior, la propia autonomía de las imágenes, muestran campos de exploración para un estado de conciencia cultural en
el que la ductilidad del lenguaje de los signos no solo ha depurado el lenguaje artístico por sintético y expresivo, sino que provoca impactos perceptivos en
el espectador para revelar como lo real y lo imaginado desdibujan las fronteras de los territorios geográficos distantes para acercar los imaginarios artísticos
a un punto de encuentro en l´Intemporel.
Cojímar, 12 de julio de 2014
MIRÓ Joan
« Hommage à Joan Prats » - Non daté
Lithographie H.C -73,5 x 57 cm.
DUVAL CARRIE Edouard
« Tainted Couple » - Diptyque 2009
Technique mixte/toile
cadre de l’artiste - 80x80 cm.
DALÍ Salvador
«One’s Identity»- 1979 - Lithographie – Ed : 6/125 - 37,5 x 55,5 cm.
SERRA DE RIVERA, Xavier
« Sans titre » - 1971 - Linoleum
Ed : P/A - 39 x 32 cm.
DUVAL CARRIE Edouard
« Mutant»
2010- Technique mixte/toile
cadre de l’artiste - 80x80 cm.
PENA Rene
« Tutu » De la série intitulé album.
2008 - Edition : 4/10 - 50x 60 cm.
PAZOS, Carlos
2003 - Hommage a Ràfols Impression lenticulaire - Ed 25/75
56 x 38 cm.
PENA Rene
PENA Rene
«Sans Titre » - 2009
Edition : 2/5 - 50X60 cm.
PLENSA Jaume
« Parental Love » - 2002
Monotype- Ed : 3/5 - 69 x 55 cm.
PENA Rene
« Sans Titre » – 2012
Edition : 1/10 – 50x60 cm
« Martini » - 2011
Edition : 2/10 - 50x 60cm.
VILAPUIG Oriol
« Solide... » - 2008- Lithographie
Ed : 24/30 - 51 x65 cm.
OLAZABAL Santiago Rodriguez
«La Force de la Hache» - 2009
Techniqur mixte/papier
100x80 cm.
BARCELÓ Miquel
« Sans titre » - Eau-forte
Ed : 3/16 - 37,5 x 50 cm.
OLAZABAL Santiago Rodriguez
« Ebo Sobre Ebo » - 2007 – Technique
mixte/papier – 106x73 cm.
BAYONA Albert
« La Vache » - 1998 - Gravure
Ed : - 31,5 x 49cm
JEAN Sébastien
« Sans titre » – 2006
Acrylique/toile – 138x80cm.
VILACASAS Joan
« Planimétrie 60/4 » 1969
Eau-forte : Ed: - 57 x 77 cm.
CLAVÉ Antoni
«Le Roi» Non daté - Eau-forte et
aquatinte- Ed : 19/25 - 24,5 x 16 cm.
ARTIGAU Francesc
« Quartier Gothique » - 1987- Eauforte : Ed : 45/50 56,5 x 76,5 cm.
COLOMBA Elizabeth
« Judith » - 2007
Huile/toile - 61x61cm.
COLOMBA Elizabeth
« Mary in the hall» - 2008
Huile/Toile – 91,5 x 61 cm.
VILLÀ Miquel – « La fenêtre »
- Non daté - Eau-forte et pointe
sèche- Ed : 33/75 - 23,5 x 17,5 cm
ANTONI ABAD
(Lleidai, 1956)
Sculpteur de formation, au fil temps il évolue vers la vidéo-art et les
nouveaux médias.
1979
Etudes d’histoire de l’art à l’université de Barcelone. Puis la
gravure à Cuenca, Londres et Pérugia (Italie.)
1980/90
Réalisation de sculptures mobiles souvent accompagnées
de séquences photographiques.
1996
Participation au projet «MACBA en ligne» avec son œuvre
Sísif, une vidéo-installation.
1999
Participation à la biennale de Venise.
2001/2003 Création de l’œuvre emblématique digitale Z, qui préfigure
l’aspect interactif et collectif des réseaux.
2003
Il reçoit le prix de la ville de Barcelone pour la réalisation du
projet Z, dans la catégorie multimédias.
2003/2004 Résidence au The Banff Centre for the Arts (Alberta,
Canada.)
2004
Présentation de megafone.net, un projet pionnier dans
l’usage des réseaux sociaux.
2006
Sa proposition Barcelone accessible, reçoit le Prix National
des Arts Visuels du Gouvernement Catalan et le Golden Nica
Digital Communities du festival Arts numériques, à Linz,
(Autriche.)
2014
Le « MACBA « de Barcelone a dédie une exposition à ce
phénomène, en réunissant une large documentation sur les
13 propositions qui composent le projet megafone.net.
FREDERIC AMAT
(Barcelone, 1952)
Peintre de formation.
1970
Son travail pictural est expérimental et conceptuel,
influencé par Antoni Tàpies et Joan Miró, Amat utilise les
couleurs dans sa peinture dans un but expressif.
1986
Il travaille comme dessinateur de l’espace scénique, dans
des spectacles de théâtre et danse.
étudie le décor scénographique et l’architecture avec
Fabià Puigserver. Puis entreprend des voyages en Afrique
et Amérique du nord au cours desquels se révèle sa passion
pour les arts scéniques.
2007
Il a reçu le Prix National des Arts Visuels décerné par le
Gouvernement Catalan.
FRANCESC ARTIGAU.
(Barcelone, 1940)
Peintre et graveur
Il suit EINA de Barcelone.
Diplômé de la faculté des Beaux Arts de l’Université de Barcelone pour
le dessin.
Il étudie les couleurs et les volumes, la peinture et d’autres techniques
sous la direction avec Ràfols Casamada.
1965
Réalisation de ses premières expositions à la galerie Belarte
de Barcelone.
MIQUEL BARECELO
Baléares, 1957,
Peintre de formation, vit et travaille entre Paris, les Baléares et le Mali.
1973
Diplômé de l’école des Arts décoratifs de Palma de
Majorque.
1974
Première exposition individuelle en 1974 à la galerie d’Art
Picarol de Palma de Majorque.
1975
Rejoins l’école des Beaux Arts de Barcelone.
Retour aux Baléares où il participe à un collectif conceptuel
appelé Taller Llunàtic qu’il quittera en 1978.
1977
Après une première exposition à Barcelone, il commence
à intégrer des matières organiques dans ses toiles, ce qui
restera tout au long de sa carrière une technique privilégiée.
1978
L’influence de l’expressionisme abstrait nord Américain
marque un tournant dans son œuvre.
1980
Il s’installe à Barcelone, rencontre Joan Miro et d’autres
artistes Catalans, Cette époque marque pour Barcelo
un changement stylistique important car il revient à la
figuration et puis progressivement plus classique.
1982
Début de sa carrière internationale. Il est invité à la
Documenta VII de Cassel où il se lie d’amitié avec JeanMichel Basquiat. Le centre d’art plastique contemporain de
la ville de Bordeaux acquiert un bon nombre de ses œuvres.
1983
S’installe à Naples (Italie)
Exposition à la galerie Yvon Lambert à Paris.
Le Musée national d’art moderne de Paris acquiert sa toile
Le Jugement de Salomon.
1984
Il investi comme atelier l’église Notre-Dame du Liban dans
l’enceinte de l’Institut Curie de la rue d’Ulm pour peindre
une série d’œuvres sur le Louvre.
Réalise des expositions individuelles à Zurich, Madrid,
Munich, Bordeaux.
1986
Exposition à l’institut d’art contemporain de Boston (USA)
Réalisation de la coupole du vieux théâtre du marché de
fleurs de Barcelone ;
Exposition personnelle chez Leo Castelli,
Le Musée de la Reine Sofía acquiert Big Spanish Dinner
datant de 1985 et Barceló reçoit à trente ans le prestigieux
Prix national des Arts plastiques d’Espagne.
1990
Il crée les costumes et les décors de la pièce Tréteaux de
maitre Pierre de Manuel de Falla mis en scène par JeanLouis Martinoty, à l’Opéra comique.
1995
Une importante rétrospective lui est alors consacrée à
Londres à galerie d’art de Whitechapel.
Représente son pays à la Biennale de Venise.
Réalise la première exposition de ses œuvres céramiques à
la Galerie Leo Castelli de New York.
1996
Deux expositions institutionnelles intitulées : Impressions
d’Afrique, lui sont consacrées simultanément à Paris au
Musée national d’art moderne et à la Galerie nationale du
Jeu de Paume
1998
le Musée d’art contemporain de Barcelone organise alors
la plus importante rétrospective de ses œuvres (peintures,
dessins, sculptures, céramiques.)
2000
Exposition de ses céramiques au Musée des Arts décoratifs
de Paris.
2001
Commande d’État pour les décorations d’une chapelle de la
Cathédrale de Palma de Majorque.
2003
Il exécute des dessins pour illustrer La Divine Comédie de
Dante qui, donneront lieu a des expositions aux Baléares et
au musée du Louvre.
2005
Expositions à New York, et au Mexique.
2007
L’inauguration de la chapelle de la cathédrale de Palma de
Majorque.
L’État espagnol lui confie la décoration de salle de
conférence du Palais des Nations à Genève, notamment
celle de son immense coupole de 1500 m2, que l’Espagne
souhaite offrir en cadeau aux Nations unies.
2008
Inauguration de la salle de conférence par le roi d’Espagne.
2009
Il représente l’Espagne à la biennale de Venise.
2010
La ville d’Avignon lui consacre une importante exposition.
ALBERT BAYONA
(Lleida, 1954)
1959
1960
1961
1971
1975
1976
Dessinateur de formation, il suit les cours de Leandre Cristòfol et de
Victor Perez -Pallares à l’École des Beaux-arts de Lleida.
1986
Il enseigne à l›École des Beaux-arts de Lleida.
Il organise la programmation d’évènements artistiques.
Exerce les fonctions de co-directeur de la Mostra de cinéma
d›animation
Animac à Lleida.
1995/2000 Il devient le directeur de l’école des Beaux Arts de Lleida.
2004
Exposition individuelle au Musée d’Art Jaume Morera.
Lleida.
Ses activités artistiques s’étendent à peinture, la
photographie, la vidéo, la musique et les technologies
numériques.
Il a participé à des expositions, individuelles ou collectives, à
Lleida, Barcelone, Taipei, Foix, Madrid, Frankfurt, ClermontFerrand, New York, Split, Goa, Paris ou Berlin, entre autres.
2008
Il reçoit le Prix Vasudha pour le meilleur court-métrage sur
l›environnement à l›International Film Festival of India à
Goa pour son œuvre Monday to Friday.
2010
Exposition Territori Lleida, Centre d’Art la Panera, Lleida.
2011
Exposition collective, Lumen au musée Extrremeno et
Iberoamericano d’ art contemporain MEJAC, Badajoz
1978
1994
1982
1996
1986
1987
1993
1996
2003
2006
2007
Andreu.
Il réalise des peintures de type gestuelles.
Il participe avec le groupe Gallot à des actions collectives.
Pendant une décennie sa démarche artistique le même à
une simplification de la forme et de la couleur.
Il participe à la création de la « Sala Tres « de l’Académie des
Beaux-arts de Sabadell.
Première exposition rétrospective de son œuvre au musée
de Sabadell.
Participe à l’exposition Peinture I à la la Fondation Miró de
Barcelone.
Exposition personnelle à l’Espace 10 de la Fondation Miró.
Exposition collective au centre Pompidou avec 10 autres
artistes catalans.
Expositions internationales avec la galerie joan Prats de
Barcelone.
Réalisation de trois scénographies pour le Théâtre Estable à
Sabadell.
Professeur de peinture à l’école d’art Illa de Sabadell.
Création d’une œuvre pour le théâtre La Farandula et un
projet pour laplace publique de Sabadell.
Réalise sa première exposition personnelle à Paris.
Réalise en 1993 avec Joan Brossa le livre Trasllat.
Organisation de l’exposition itinérante Alfons Borrell o el
aura de la pintura.
Participation à l’exposition présentée pour le 25ème
anniversaire de la Fondation Miró.
Inauguration de l’exposition rétrospective Alfons Borrell o
la celebración del color au Centre Culturel de L’Hospitalet
(Barcelone)
Présentation de la même exposition au musée de Sabadell.
ALBERT RAFOLS CASMADA
(Barcelone, 1923)
ERWIN BECHTOLD
(Allemagne 1925)
Peintre et architecte d’intérieur de formation.
1950
S’installe à Barcelone, rentre en contact avec les membres
du groupe Dau al Set et les ceux du groupe de Madrid El
Paso.
1966
Apparaissent les premiers indices géométriques sur ses
toiles et née la série Finger singer.
1968
Participe à la documenta de Cassel.
1974
Il réalise ses séries marge-pertorbation de la forme basique.
1987
Angle/ Surface /Espace, sa thématique de prédilection se
poursuit jusque de nos jours.
1988
Création des quatre façades du musée Reiis-Engelhorn à
Mannheim, (Allemagne)
ALFONS BORELL
(Barcelone, 1931)
1953
1955
1957
Fréquente l’école des Beaux-arts de Sant Jordi Barcelone.
Sa peinture figurative, évolue vers l’expressionnisme
abstrait.
Il participe avec Joaquim Montserrat, à la création de la
section d’art contemporain de l’Académie des Beaux-arts de
Sabadell.
Collabore à la revue « Riutort « dirigée à Sabadell par
Peintre et dessinateur de formation.
1944
Etudes d’architecture à l’université de Barcelone.
1948
Se consacre à la peinture.
1946
Première exposition collective à la Sala Pictoria de
Barcelone.
1947
Exposition personnelle à la Sala Pictoria de Barcelone ;
1954
Après avoir reçu une bourse du gouvernement français il
poursuit ses études à Paris.
1960
Retour à Barcelone.
1963
Expositions individuelles aux Musée d’art contemporain de
Barcelone.
1962
Il enseigne le design et l’art à l’école d’Elisava.
1967
Création de l’école Eina avec un groupe d’intellectuels et
d’artistes.
1984
Direction de l’école Eina.
D’importantes expositions lui ont été consacrées à travers l’Europe, en
Amérique du sud et du nord.
2001
Musée d’Art contemporain de Barcelone, et à l’Institut d’
Art Moderne de la ville de Valence.
2009
Le Musée national d’Art catalan rend hommage à son
œuvre.
ANTONI CLAVE
(Barcelone, 1913 – 2005 Saint Tropez France)
Ouvrier dans le bâtiment de formation.
1930
Il suit à l’école des Beaux Arts de Barcelone pendant
deux ans. Contraint de quitter l’Espagne pendant la
guerre civile il se réfugie en France. A Paris il devient
décorateur de théâtre et illustrateur.
1941
Installe son premier atelier.
1944
Rencontre avec Picasso.
1950
Travaille avec Roland Petit.
1954
Décide d’arrêter la décoration.
1965
Quitte Paris pour St Tropez.
1977
Il expose ses premiers trompe l’œil.
1978
Le Musée national d’Art moderne de la ville de Paris lui
consacra une rétrospective.
1984
Biennale de Venise, le pavillon espagnol présente plus cent
de ses œuvres.
Exposition César/ Clavé à Montelimar.
ELIZABETH COLOMBA
Née à Paris, France, vit et travaille entre New York et Paris.
Etudes
1997 1994 Ecole Estienne, école supérieure des Arts et industries,
Paris. France
Ecole des Arts appliqués Auguste Renoir, Paris, France.
EXPOSITIONS PERSONNELLES, SOLO SHOWS (Sélection)
2008
Balthus foundation, Rossinière Suisse.
Galerie L’Art à la Source, Lausanne, Suisse.
2006 See Line Gallery, Santa Monica, CA. USA.
EXPOSITIONS COLLECTIVES, GROUP SHOWS (Sélection)
2010
Galerie Bon vivant, Philadelphie, PA. USA
MoCADA museum, Brooklyn, NY. USA
Deutsche bank, 60 Wall gallery, NY, NY. USA
2011
Rush art gallery, NY, NY. USA
CCCADI, NY, NY. USA
Picture that Gallery, Connecticut, NY. USA
Broadway Gallery, NY, NY. USA
Skylight Gallery, Brooklyn, NY. USA
Rush art gallery, Brooklyn, NY. USA
2012
Jenkins Johnson gallery, NY, NY. USA
Jenkins Johnson gallery, San Francisco – CA
2013 A journey from Paris to New York, Galerie Intemporel. NY.
2014
Point de rencontre pour imaginaires voyageurs.
Galerie Intemporel, Paris
SALVADOR DALI
(FIGUERIAS 1904 –1989)
Peintre sculpteur et scénariste.
1918
A quatorze ans, première une exposition collective au
Théâtre municipal de Figueras.
1922
Il entre à l’École des beaux-arts de Madrid.
1925
Il est exclu de l’école pendant un an pour indiscipline.
Breton constitue le premier groupe surréaliste parisien avec
Picabia, Max Ernst et Man Ray.
Première exposition personnelle à la Galerie Dalmau de
Barcelone, Picasso et Miro commencent à s’intéresser à ses
travaux.
1927
Création de ses œuvres le grand Masturbateur- Sex Appeal,
qui feront de lui le plus grand représentant du surréalisme.
1930
Il travaille à son oeuvre L’homme invisible, qu’il laissera
inachevée. écrit, illustre et publie La femme Visible.
La revue Le surréalisme au service de la révolution, publie
Rêverie, un des textes les plus importants de Dali.
Exposition à la galerie de Goemans de Paris sous le
parrainage de Breton.
1931
Deuxième exposition parisienne où est présenté son
tableau le plus célèbre, La Persistance de la Mémoire.
1932
Première exposition surréaliste à Hartford, Etats-Unis.
Il publie L’âne pourri, dans lequel il pose les bases de sa
méthode paranoïaque-critique.
1934
Six expositions à Paris, à New York à Londres et à Barcelone.
1936
Guerre civile éclata d’Espagne. Dali avait anticipé le conflit
dans Prémonition de la guerre civile, et peu après il peignit
Cannibalisme d’automne. Il fuit la guerre et s’installe en
Italie.
1938
Rend visite à Freud à Londres et fait son portrait.
1939
Exposition à la Julien Levy Gallery de New York.
Présentation du premier ballet paranoïaque au Metropolitan
Opera House, la musique est composée par Richard
Wagner et les décors sont de Dali
1945
La période américaine de Dali fut des plus active; Il y écrit
La vie secrète de Salvador Dalí et travaille pour le cinéma, le
théâtre, l’opéra et le ballet. Des années quarante datent des
œuvres aussi importantes que Autoportrait mou avec lard
grillé, Corbeille de pain.
En collaboration avec le Duc de Verdura, Dali réalise ses
premiers bijoux, inspirés de ses souvenirs nostalgiques de
la Renaissance. C’est ainsi qu’il crée une broche en or avec
émeraude et alexandrite le Cygne de Léda , puis à l’aide
d’une pépite d’or de rubis et diamants,VCémeraude il crée
Le Coeur royal , puis l’Oeil du temps et une montre en or
l’Eléphant Spatial.
1942
il réalise pour la Koehler Gallery de nombreux portraits de
personnalités américaines. A noter également son activité
intense dans le domaine du théâtre.
1945
Marque le début de la période Nucléaire ou Atomique de
Dali. Il travaille à des projets de films d’animation avec Walt
Disney.
1948
L’élément religieux fait irruption dans l’oeuvre du peintre.
1958
Dali étudie à fond les peintres du passé (en particulier
l’oeuvre de Velasquez). Il se lance aussi dans l’art optique,
recherchant sans trêve des effets et des illusions d’optique.
1963
Le mythe tragique de L’Angélus de Millet est publié trente
ans après que Dali l’ait achevé.
Présentation à Tokyo d’une grande rétrospective de Dali.
Puis il se relance dans la publicité en réalisant des affiches
publicitaires pour Perrier sur le thème de la soif, et pour les
chocolats Lanvin.
1972
Présentation d’une exposition d’hologrammes à New York.
1973
La Knoedler Gallery ouvre une salle holographique
dalinienne à New York.
1974
A lieu l’inauguration du Teatro Museo Dali.
1975
Nait sa passion pour l’art stéréoscopique.
EDOUARD DUVAL CARRIE
Né en 1954 en Haïti.
EXPOSITIONS PERSONNELLES SOLO SHOWS (Sélection)
2014
Imagined Landscape Perez Museum, Miami, FL.
2012 The Three Dimensional Gods and Goddesses Meet
Their Cousins The Trees, Bernice Steinbaum Gallery, Miami, FL
2010 Edouard Duval Carrié: My life as a Tree, Cynergi , Miami Fl.
2009 Arts in the Garden, Miami Beach Botanical Gardens,
Miami Beach, FL.
Roots & More, Afrika Museum, Berg en Dal, Hollande.
2008 Continental Shifts: The Art of Edouard Duval Carrie, MOCA
Jacksonville, FL.
Life in North Caribbean, Lyle O. Rytzel Gallery, Santo
Domingo, République Dominicaine
EXPOSITIONS COLLECTIVES, GROUP SHOWS (Sélection)
2014
Point de rencontre pour imaginaires voyageurs.
Galerie Intemporel, Paris
2013
In Extermis, Museé de la civilisation, Québec City, Québec
(Canada.)
2012
Keeping Haiti In Our Hearts: Intrepreting Heritage in
the Diaspora, The Alice & Williams Jenkins Gallery and
Hannibal Square Heritage Center Gallery, Creadle School of
Art
Caribbean: Art at the Crossroads of the World, The Studio
Museum of Harlem, NYC, NY; Queens Museum of Art, NYC,
NY
2011
Haiti Royaume de ce Monde, Galerie Agnes B., Paris,
France.
First Haitian Pavillion at 54th Venice Biennale, Palazzo
Stamplia Querini. Italie
2010
Base Paint, EPIC; Frost Art Museum; and Florida
International University in Miami, Fl.
Global Caribbean II: Caribbean Trilogy-Focus on the
Greater Antilles, Little Haiti Cultural Center, Miami, Fl.
2009
Global Caribbean I: Focus on the Global Caribbean
Landscape, Little Haiti Cultural Center, Miami, Fl., MIAM,
Sete, France; Museo de Arte Contemporaneo, San Juan,
Puerto Rico.
2008 Pieces of the Whole, Kohler Arts Center, Sheboygan,
Wisconsin.
2007
In Your Face, Bernice Steinbaum Gallery, Miami, Fl.
2004
Art Basel, Miami, Floride, USA. Galerie Bernice Steinbaum.
COLLECTIONS PUBLIQUES
Musée D’Art Davenport Davenport, Iowa. USA.
Musée d’Art de Miami Miami, Floride, USA.
Musée des Art Africains et Oceaniens, Paris, France.
Musée du Pantheon National Haitien, Port-au-Prince, Haiti.
Musée d Art Contemporain de Monterrey (MARCO), Monterrey, Mexico.
Institut d’Art de Detroit, Detroit, Michigan, USA.
Collège pour les ressources Humaines, New York, New York, USA.
Polk Museum of Art, Lakeland, Florida. USA.
Musée du collège St Pierre, Port-au-Prince, Haiti.
Frost Art Museum, Miami, Florida. USA
Musée d’Art de Fort Lauderdale , Fort Lauderdale Florida.
Lowe Art Museum, Miami Florida
EXPOSITIONS PERSONNELLES, SOLO SHOWS (Sélection) :
2001 Exposition au château de Gargilesse. Avec la galerie
Intemporel
2000 Inauguration du Trophée de l’entraîneur de l’année,
Galerie Intemporel, Paris
Galerie Intemporel, Paris, dans le cadre de la
programmation du Centre Wallonie Bruxelles pour la
francophonie.
Exposition au Logis des trois marchands, Bonneval,
avec la galerie Intemporel.
1999
En emboîtant le pas (installation), galerie Intemporel
Habitation Clément, Martinique.
Centre culturel de Bobigny. Avec la galerie Intemporel
1998 Performance pour l’inauguration des nouveaux locaux de
la galerie Intemporel, Paris
EXPOSITIONS COLLECTIVES, GROUP SHOWS (Sélection) :
2014«Point de rencontre pour imaginaires voyageurs.»
Galerie Intemporel, Paris
2013
« A journey From Paris to New York «, 330 West and
108st, New York, USA avec la galerie Intemporel.
2010 « Ten is one «, Design Distict, Miami Florida, USA.
Avec la galerie Intemporel
2008 Embrace, Murson Murer Gallery, Atlanta, USA.
National Black Fine Art Show, NY, USA.
2007
National Black Fine Art Show, NY, USA.
Avec la galerie Intemporel.
Présence Africaine, Migrations culturelles, Bordeaux
Présence Africaine, galerie Heart, Paris, France
Embrace, Murson Murer Gallery, Atlanta, USA.
2006
National Black Fine Art Show, NY, USA.
ŒUVRES MONUMENTALES
2005 Création d’un monument à la ville de SARCELLE en France
pour célébrer l’abolition de l’esclavage
2001 Création d’un monument pour la ville de Schoelcher,
Martinique
2000
Mémorial à SCHOELCHER, “L’arbre de la liberté”,
Martinique
1999 peinture murale pour le hall de l’entreprise FIRS, Paris,
1992 Creation de la Grotte des Caraïbes au Musée de l’Homme,
Paris, France
1988
Laureat pour un mémorial pour les relations Nord-Sud,
St Nazaire, France
Mémorial à Aimé Césaire au festival d’Avignon, France
Mosaïque pour le ministère DOM – TOM, Paris, France
1987
Fresque, Rancia Valcuoi a, Italie.
1984
Sculpture sonore, Montrey, Suisse
COLLECTIONS PUBLIQUES :
Ministère de L’Outre – Mer, Paris. France.
Firs, Paris, France
Conseil régional, Martinique.
COLLECTIONS PRIVEES :
Fondation Clément, Martinique.
Collection, Danielle et François Mitterrand.
Collection galerie Intemporel, Paris, France.
SEBASTIEN JEAN
(Haiti, 1980)
HENRI GUEDON
Né le 22 Mai 1944 en Martinique, décédé en 2006 à Paris.
Il a vécu et travaillé à Paris à partir de 1964.
Formation : Fréquente le milieu de l’art et progresse au contact des artistes. Designer pour les costumes des reines de Carnaval.
Voyages en France qui lui permet de découvrir le monde de l’art parisien
EXPOSITIONS PERSONNELLES. SOLO SHOWS
2006 Il expose pour la première fois ses œuvres peintes à
l’Institut Français de Port au Prince.
Exposition au Centre d’art de Jacmel, Haîti.
2009 Exposition individuelle, Institut français d’Haïti.
Mario Benjamin, commissaire
2011 « Le regard du Loa « à la galerie Egrégore à Marmande
2004
EXPOSITIONS COLLECTIVES, GROUP SHOWS
2010 Duo avec Manuel Mathieu.
« Saint-Soleil – Malraux «, Galerie Monnin Pétionville.
« Arte America «, Miami en Floride avec la galerie
Marassa.
« Vibrations Caraïbe «, au Musée du Montparnasse à
Paris.
2011 « Haïti Royaume de ce monde «, Hommage à Basquiat et
à Edouard Glissant,
Fondation Agnès B. Paris.
« Transe figuration « en duo avec le plasticien Guyodo
aux Ateliers Jérôme à Port au Prince, Haïti.
Art Fair Gallery, New York avec la Galerie Bourbon Lally.
“ Rituels et imaginaires de la Caraïbe “, Martinique
2012 “ Terra “ festival Guadeloupe
Salon d’Art Contemporain Art3f Mulhouse avec la Galerie
Agwe
Workshop avec école d’art de la Martinique l’IRAVM.
Résidence Artocarpe au Moule en Guadeloupe.
2006
2005
2007
2008 : Variaciones en Espagne photographie et Art 1900 - 1980 Centre Atlantique d’ Art moderne (CAAM), Las Palmas de
Gran Canaria, Canaries.
Photographie et art. Variations in Spain 1900-1980 - MARCO
musée d’ art Contemporain de Vigo, Vigo.
El Arte Sucede - Origine des pratiques conceptuelles en
Espagne(1965-1980) - Musée National Centre d’ Art de
Reina Sofía MNCARS, Madrid
7351 Días , Galerie Alejandro Sales, Barcelone.
Exposition collective des artistes de la galerie Toni Tàpies,
Barcelone.
La vida privada, Collection Josep Civit CDAN, Centro de Arte
y Naturaleza Fondation Beulas, Huesca.
MACBA im Frankfurter Kunstverein - Frankfurter
Kunstverein, Francfort
The Recognitions - The Fireplace Project, East Hampton, NY
Antoni Llena, Bojan Sarcevic - Bortolami, à la galerie Thilo
Heinzmann, New York
La collection creix à la Fondation Palau, Caldes d’Estrac .
MIQUEL ANNA
(Barcelone,1949)
ANTONI LLENA
(Barcelone, 1943)
Depuis 1988elle enseigne à la faculté des Beaux Arts de Sant Jordi de
Barcelone.
Elle a participé à de nombreuses expositions nationales et
internationales.
Elle a reçu de nombreux prix pour son travail
cinématographique, pour ses films en super 8 et 35 mn,
ainsi que pour ses films d’animations.
Actuellement elle poursuit sa carrière cinématographique
dans le domaine du cinéma expérimentale.
Peintre dont le travail se conceptualise et s’associe à l’Arte Povera.
1969
En collaboration avec d’autres artistes espagnols, il réalise
«Primera mort», la première vidéo artistique faite en
Espagne.
Il enseigne la littérature artistique à l’Université de Gérone
il dirige des ateliers d’art à la School of Visual Arts de New
York et également à l’école Eina de Barcelone.
1970
Importante production d’œuvres sur papier.
EXPOSITIONS PERSONNELLES, SOLO SHOWS
1969
Exposition à la Galerie Joan Prats (diversas)
Exposition à la Petite Galerie, Lérida
1989
Fondation Joan Miró, Barcelona
1992
David y Goliat, à la place de los Voluntarios au village
Olympique, Barcelone.
1997
Preposicions, Galerie Toni Tàpies, Barcelone.
1999
Fantasmes Públics i Privats, Galerie Toni Tàpies, Barcelone.
2001
Fantasmes Públics i Privats, Galerie Toni Tàpies, Barcelone.
2002
Exposition Preferiría no hacerlo, à edificio Novísimo del
Ayuntamiento de Barcelone.
2003
Fantasmes Públics i Privats, Galerie Toni Tàpies, Barcelone.
2004
Mundo, en la calle Villarroel con Buenos Aires, Barcelone
2005
La pintura como experiencia, Patio Herreriano, musée d’ Art
Contemporain Espagnol, Valladolid.
2006
Fantasmes Públics i Privats, Galerie Toni Tàpies, Barcelone.
2014
Exposition itinérante, Antoni Llena. SOS: senyals de fum des
d’un subsòl.
2012
Homenaje a los castellers, à place de Sant Miquel de
Barcelona.
EXPOSITIONS COLLECTIVES, GROUP SHOWS
1997
Papierskulptur, Landesgalerie am Oberösterreichischen
Landesmuseum, Linz ; Autriche.
2003
Cuatro dimensiones, Patio Herreriano, - musée d’art
contemporaine espagnol, Valladolid
IBRAHIM MIRANDA
Né en 1969, à Pinar del Rio, Cuba.
EXPOSITIONS PERSONNELLES. SOLO SHOW (Sélection)
2014 Diarios de una Isla, Diana Lowenstein Gallery, Miami, USA.
Chaos & Identity. Floating Island, bipersonal with Angel
Ramirez, Lowe
Gallery,Multicultural Arts Center, Maryland, USA.
2013 Reminiscence of the Island, the Map Series of Ibrahim
Miranda, ChiWen Gallery,
Taipei, Taiwan.
2012 Two citizens of Utopia (bipersonal with Douglas Pérez), 8th
Floor Gallery, New York, US.
2011 Ibrahim Miranda Mapaglifos Karttaglyfejä, Harmonia
Gallery, Jyvaskyla, Finland.
Ibrahim Miranda and Hannu Lindholm’s, Hyvinkää Art
Museum, Finland.
Mapaglifos. serigrafías of Ibrahim Miranda (Bipersonal with
(Paula Almozara Gravura Brasileira Gallery, Sao Paulo, Brésil.
EXPOSITIONS COLLECTIVES , GROUP SHOWS (Sélection)
2014
Point de rencontre pour Imaginaires Voyageurs, galerie
Intemporel, Paris.
Miradas, Factoría Habana, Celebration du trentième
Anniversaire de la Biennale
de La Havane, La Havane, Cuba.
Collection and Discoveries in Art, Carriage Barn Arts Center,
New Canaan, USA.
2013
African Roots, Cuban Art Space, New York, USA.
DI CARTA/PAPERMADE, International biennial exhibit of
paper made artworks, Palazzo Fogazzaro, Schio (VI), Italy.
A Journey From Paris to New York, Galerie Intemporel, New
2012 2010 York, USA.
North of Modern, Florida Mining Gallery, Art Basel, USA.
Cuba Contemporaine, Centre Culturel Le Manoir, Genève,
Suisse.
Tennis Table Art, Enlace Gallery, Pérou.
Dreams and Realities: Visions from Taiwan and Cuba of a
Post Cold-War.
World, Art Basel Hong Kong, Chi Wen Gallery from Taipei.
Art Basel, Graphistudio Tampa, USA.
Pinta NY Art Fair, Gallery MagnanMetz, USA.
Ten is one, Galerie Intemporel, Design District ; Miami FL,
USA
From there to Here Bridges, Southerns Graphic Council
International. Conference, San Francisco, USA
COLLECTIONS (Sélection)
Musée des Beaux Arts de la Havane, Cuba
Moma, New York, USA.
Thyssen, Bornemisza, Fondation d’Art contemporain, Anit, Autriche.
Musée de la gravure de Curitiba, Brésil.
Van Reeckum Museum, Hollande.
Musée de la xylographie, Buenos Aires, Argentine.
Musée de Fort Lauderdale, Floride, USA
Musée Perez de Miami, FL. USA
JOAN MIRO
(Barcelone, 1893 - 1983 Palma de Majorque)
1956
1960
1961
1965
1968
1969
1972
1974
Peintre, sculpteur, céramiste. Il est le plus l’artiste le plus important du
mouvement surréaliste.
1930
Départ pour Paris
Exposition à la galerie Pierre de ses sculptures-objets
Réalisation de sa première exposition individuelle à New
York, avec des peintures des années 1926-1929
1931
Expositions à la galerie Pierre de ses sculptures-objets.
1932
Réalisation des décors, vêtements et objets pour le ballet
de Léonide Massine Jeux d’Enfants, qui connaîtra un
grand succès et sera joué Paris, à New York, à Londres et à
Barcelone.
Il participe avec le groupe surréaliste au Salon des
Surindépendants.
Présentation d’une exposition à la galerie Pierre Matisse.
1933
Ses peintures d’après collages sont l’objet d’une importante
exposition à Paris.
1936
Exposition à Paris.
1937
Présentation de sa sculpture El Segador, lors de l’ Exposition
Internationale de Paris.
1939
il séjourne à Varangéville où il y retrouve Raymond Queneau,
Braque et Calder. Lorsque l’Allemagne nazie envahit la
France, il retourne en l’Espagne, et s’y installe, d’abord à
Mont-roig, puis à Palma de Majorque et enfin à Barcelone
de 1942 à 1944.
1941
Première exposition rétrospective au musée d’art moderne
de New York.
1943
Le galeriste Joan Prats lui passe commande d’une série de
cinquante lithographies réunies sous le titre Barcelona.
1946
Acquisition de sa peinture La course de Taureaux par le
musée national de la ville de Paris.
En 1947
l’artiste se rend durant huit mois à New York où il travaille
un certain temps à l’atelier 17, dirigé par Hayter. Il y exécute
une première peinture murale, qui sera suivi d’autres tout
au long de sa carrière.
1947
La galerie Maeght organise à Paris les expositions
importantes de ses œuvres.
1954
Le Prix de la Gravure lui est décerné lors de la la Biennale de
1981
1982
1983
Venise, aux côtés de Max Ernst et de Jean Arp.
Présentation de 232 œuvres céramiques à la galerie Maeght
de Paris puis à la galerie Pierre Matisse de New York.
Il reçoit la commande de deux murs de céramiques pour le
siège de l’UNESCO à Paris. Ceux-ci mesurent respectivement
3 × 15 mètres et 3 × 7,5 mètres et sont inaugurés en 1958.
La fondation Guggenheim lui décerne son prix le plus
prestigieux.
Durant son séjour à New York, il réalise une peinture murale
de 3 × 10 mètres pour le restaurant de l’hôtel Cincinnati
Terrace Hilton.
Dès le début des années 1960, Miró participe activement au
grand projet d’Aimé et de Marguerite Maeght qui ont établi
leur fondation à Saint-Paul-de-Vence. Un espace particulier
est réservé à Miró. Il collabore avec Josep et Joan Artigas à
la réalisation des céramiques, et avec Sert à la conception
de l’ensemble Miró a d’abord conçu des maquettes qui
ont été ensuite réalisées en ciment, en marbre, en fer, en
bronze et en céramique. De cet ensemble de sculptures, La
Fourche et Le Disque comptent parmi les importantes. La
première est réalisée en 1963 (Bronze, 507 x 455 x 9 cm) et
la seconde en 1973 (céramique, 310 cm de diamètre).
Marque une étape particulière dans la production du
peintre, avec la réalisation de triptyques dont l’un des plus
célèbres est le Bleus conservé dans son intégralité au Centre
national d’art et de culture Georges-Pompidou depuis 1993.
Il crée une importante production de sculptures pour le
Fondation Maeght.
Présentation à Barcelone de la première grande exposition
du Maître. Plusieurs personnalités de l’art sont en faveur de
la création de la Fondation Miro dans la ville L’ouverture a
lieu le 10 juin 1975.
Exposition de ses gravures Œuvres gravées et
lithographiées « à la galerie Gérald Crame de Genève.
Exposition rétrospective de ses œuvres graphiques au
Norton Simon Museum (Californie).
Exposition de ses sculptures au Walker Art Center de
Minneapolis, au Cleveland Museum of Art et à l’Art Institute
of Chicago.
Les Galeries Nationales du Grand Palais de Paris organisent
une grande exposition rétrospective pour son 80e
anniversaire.
Miró inaugure à Chicago une sculpture monumentale de 12
mètres connue sous le nom de Miss Chicago.
Deux autres bronzes sont installés dans la ville de Palma de
Mallorque.
La ville de Houston dévoile Personnage et oiseau.
En collaboration avec Joan Gardy Artigas, l’artiste réalise sa
dernière sculpture qui est destinée à la ville de Barcelone.
l’œuvre de 22 mètres de haut représente une forme
oblongue surmontée d’un cylindre évidé et d’une demilune. L’extérieur est couvert de céramique dans les tons les
plus classiques de l’artiste : le rouge, le jaune, le vert et le
bleu. Les céramiques forment des mosaïques.
ARTURO MONTOTO ECHEVARRÍA
Né en 1953 à Pinar del Río, Cuba.
Peintre, dessinateur, graveur, sculpteur, muraliste et photographe.
Membre de l’Union des Ecrivains et Artistes de Cuba (UNEAC).
Membre de l’Atelier Expérimental d’art graphique de La Havane.
ETUDES :
1968-1972 Ecole d’Art de Pinar del Río
1973-1977 Ecole Nationale d’Art de La Havane
1977
Passage par l’Institut Supérieur d’Art de La Havane
1978
Obtient une bourse pour étudier à l’Institut Etatique d’Art
« V. I. Sùrikov « à Moscou.
1978-1984 Institut Etatique d’Art « V. I. Sùrikov «, Moscou. Obtention
du Master of fine Arts dans la spécialité Peinture Murale.
EXPOSITIONS PERSONNELLES (sélection):
2011 Jardines Invisibles, Gallery of the Cervantes Berlin Institute,
Allemagne.
2010
Acqua, Galerie Intemporel, Paris.
2009
El jardín de Epicurio, Galerie El reino de este mundo,
Bibliothèque nationale de Cuba.
2008
Tierra de Aguas, Musée historique Municipal de
Guanabacoa, La Havane, Cuba.
Conversacion en el huerto, Galerie Villa Manuela, UNEAC, La
Havane, Cuba.
2007
Agua y Metal, aquarelles et sculptures, Galerie La Acacia, La
Havane, Cuba.
EXPOSITIONS COLLECTIVES , GROUP SHOWS (sélection)
2014Point de Rencontre pour Imaginaires Voyageurs, galerie
Intemporel, Paris France
2012
Bola Viva, ministères de la culture de Barranquilla,
Cartagena, Montería y
Santa Marta, Colombie.
La nature morte. Collection du Musée National des Beaux
Arts,
Musée National des Beaux Arts La Havane, Cuba.
2010
Ten is One, Design District, galerie Intemporel, Miami FL.,
USA.
Exposition de art cuban. 17 artistes cubains, Gran Meliá
Shanghai,
Shanghai, China.
2009
Este hombre es mi amigo. 120ème anniversaire de l’âge d’Or,
Mémorial José Martí, La Havane, Cuba.
Nueve contemporáneos cubanos à Art Shanghai 2009,
Musée Bibliothèque “Servando Cabrera Moreno”, La
Havane, Cuba.
La Habana, 490 años en el imaginario de los creadores,
Rutas y Andares, Centre Hispano-américain de la Culture,
La Havane, Cuba
Paisaje a la vista, Musée d’Art colonial, La Vieille Havane,
Cuba.
RestaurArte, en parallèle à la 10ème Biennale de La Havane,
san Pedro y Baratillo, La Havane, Cuba.
Crisis (Las banderas), ExpoCuba Pavillon 23, La Havane,
Cuba.
Pura Coincidencia (los abstractos), ExpoCuba Pavillon 24, La
Havane, Cuba.
Todos Estrellas, en parallèle avec la 10ème biennale de La
Havane, Galerie Hotel Cohiba, FCBC, La Havane, Cuba.
Retrátese con arte, en parallèle avec la 10éme biennale de
La Havane, Casa de la FEU de la Universidad de La Habana,
La Havane, Cuba.
Paisajes, en parallèle avec la 10éme biennale de La Havane,
Salon solidaridad, Hotel Habana Libre, La Havane, Cuba.
Trazos hacia el desarollo. Artistes cubains interprétant les
ODM, Nations Unis à Cuba, Galerie El reino de este mundo,
Bibliothèque Nationale José Martí, La Havane, Cuba.
COLLECTIONS :
Musée de Fort Lauderdale, Southern University, FL. , USA
Musée d’Art Latino-american (MoLAA), Long Beach,
California, USA
Musée de luniversité de Virginie , USA.
Lowe Art Museum, Université de Miami, FL, USA
Musée of Vatican, Italy.
Antigua Aduana, Barranquilla , Colombie.
Musée Emilio Bacardí, Santiago de Cuba, Cuba
Centre d’Art contemporain Wifredo Lam, La Havane, Cuba.
(MAPRI), Musée d’art de Pinar del Rio, Cuba.
Musée National des Beaux Arts, La Havane, Cuba.
Musée de la Basilique du Covent de Saint François d’Assise,
La Havane, Cuba.
PROA foundation, Buenos Aires, Argentina.
Spanish-American friendship Society, French Guyana.
.
SANTIAGO RODRIGUEZ OLAZABAL
Né en 1955 à La Havane, Cuba.
EXPOSITIONS PERSONNELLES, SOLO SHOWS (Sélection)
2014« Como un Barco en el Oceno“. Galeria Saro León. Las
Palmas de Gran Canaria. Espagne
2012
«Guemilere”. Rainhart Gallery. Bruxelles. Belgique.
“Permanecer en LaTierra”. Colateral 11na Bienal de La
Habana. Pabellón
2011 “OLAZABAL”. Panamerican Art Projects. Miami. USA.
El Orisa personal, Galerie Villa Manuela, La Havane, Cuba
2008
Aeora El Ara Siega : Galerie Pinar Del Rio, Cuba
2005
Onile, Musée National des Beaux Arts. La Havana. Cuba
Ewe-Tete. galeríe La Casona. La Havana. Cuba.
La tercera puerta, Centre d’Art Et Naturaleza. Madrid.
Espagne.
2003Scope Miami Art Fair Hotel Townhouse, Miami, Etats-Unis
avec les Galeries Intemporel et Bourbon Lally.
2002
De l´image jaillit la parole, galerie Intemporel. Paris, France.
EXPOSITIONS COLLECTIVES, GROUP SHOW (Sélection)
2014
Point de Rencontre pour Imaginaire Voyageurs, Galerie
Intemporel, Paris.
Without Masks. Contemporary Afrocuban Art.The Von
Christierson Collection.
Watch Hill Foundation. Museum of Anthropology of the
University of British Columbia,
Vancouver, Canada.
2013
A Journey From Paris to New York. Galerie Intemporel. New
York. USA.
African Roots. Center for Cuban Studies. New York. USA.
Cuando eL Mundo se hace plano. Centro Atlántico de Arte
Moderno. CAAM. Las
Palmas de Gran Canarias. Espagne.
2012
Cuban Art work with extraodinary Life. Artfulling Uniting
Extrordinary. BNP. PARIBAS.
FORTIS. Bruxelles. Belgique.
2011
Los Angeles Art Show 2011. Los Angeles Convention Center.
California. USA. Galerie
La Casona.
Ajiaco. Espiritulidad en el Arte Cubano. Newark Museum,
Newark, New Jersey. USA.
Pinta Londres. Earls Court Exhibition Centre. Londres.
Angleterre Galeríe Pan American
Art Projects.
Pinta. The Modern & Contemporary Latin American Art
Show. Booth A06/B05. Cuban
Art Projects. New York. USA.
2010
« Ten is One «, Galerie Intemporel, Design Distric, Miami
, FL. USA
“ Arte´10 EDP. Biennale du Portugal « Pavilháo de
Portugal, Lisbonne . Portugal.
“ Polaridad Complementaria”. RECENT ART FROM CUBA.
Chicago Cultural Center, IL.
“Hot Art Basel”. Galeríe La Casona. Suisse.
“Alicia Alonso Dances Here Tonight” MagnanMetz Gallery,
Chelsea, New York. USA.
COLLECTIONS (Sélection)
Collection Skandar Maleki, Londres, Angleterre.
Fondation Von Christiers, Londres, Angleterre.
Tate Modern Museum, collection Amérique latine, Londres, Angleterre.
Afrika Museum. Berg en Dal, Nijmegen. Hollande.
Musée graphique Stifftun; Schreiner.Bad Steben, Allemagne
Galerie Intemporel, Paris France.
Musée national des Beaux Arts, La Havane, Cuba.
Centre W. Lam, La Havane, Cuba.
Daro. Alesco AG, Collection Amérique latine d’Art contemporain et
d’éducation, Zurich, Suisse.
Conseil Regional de La Martinique.
Pan American Art Project Miami
Rainhart Gallery, Bruxelles, Belgique.
El Teatro Del Arte. Colección La Caixa - CAB Centro de Arte
Caja Burgos, Burgos.
Contra Tapies, Fundación Antoni Tàpies, Barcelone.
René DE JESÚS Peña GONZÁLEZ
Né en 1957, à la Havane, Cuba.
CARLOS PAZOS
(Barcelone, 1949)
Etudes d’architecture et de design à l’école Eina de Barcelone.
EXPOSITIONS PERSONELLES, SOLO SHOWS
1969
Première exposition à la salle de l’Ateneu de Barcelone.
1978
Il réalise sa performance The Floor of Fame au Centre
Pompidou de Paris.
1994
Carlos Pazos. For CP fans only, Salle Parpallo, Valence
2007
CARLOS PAZOS. No me digas nada, musée national, centre
d’ Art Reina Sofía, Madrid.
2008
A-COMODOS-PAZOS, Galerie Vanguardia, Bilbao
2009
Carlos Pazos, Raina Lupa, Barcelona.
2011
Carlos Pazos, musée Empordà, Figueras
EXPOSITIONS COLLECTIVES, GROUP SHOWS
2007
La vida privada , Coleccion Josep Civit - CDAN – Centro de
Art y Naturaleza - Fundación Beulas, Huesca.
La batalla dos xéneros , CGAC, Centro Galego de Arte
Contemporánea, Santiago de Compostela.
Barcelona 1947- 2007, Fondation Maeght, Saint-Paul de
Vence.
Las tres dimensiones de EL Quijote, El Quijote y el arte
español contemporáneo, Narodné Osvetové Centrum, Dom
Umenia, National culture Center House of Art, Brastislava.
2008
Bajo techo: cuatro estadios de intimidad, CA2M, Centro de
Arte Dos de Mayo, Móstoles. Espagne.
La Sombra de la Historia, CGAC, Centro Galego de Arte
Contemporánea, Santiago de Compostela.
España 1957-2007. L’arte spagnola da Picasso, Mirò e
Tápies ai nostri giorni - Palazzo Sant›Elia, Palermo . Italie
La collecio Creix, Palau Foundation, Caldes d’Estrac
Fundació Suñol Collection 1970-2001 - Fundacio Suñol,
Barcelona.
2009
Pascal Comelade, Rocanrolorama - Musée d’art moderne
de Céret, Céret.
I have a dream International Tribute to Dr. Martin Luther
King Jr. - Rosa Parks Museum, Montgomery, AL.
Imaginar Historiar, CA2M, Centro de Arte dos de Mayo,
Mostoles, Casanovas, Evru, Lotz, Pazos - 9MA, Barcelona.
2010
Raíña Lupa París 1994 / Barcelona 2010, Raiña Lupa,
Barcelona
Medianoche en la Ciudad - Centre d’Art la Panera, Lleida.
Propos D’europe 9.0, Des Artistes Espagnols À Paris,
Fondation Hippocrène, Paris.
Arte a conciendia, Galerie Joan Gaspar, Barcelone.
2011
Alimon- Trinta Arte Contemporánea, Santiago de
Compostela.
A Question of Paradigm. Genealogies of Emergence in
Contemporary Art in Catalonia - Institut de Cultura de
Barcelona, La Capella, Barcelone.
2012
La imagen especular - Tirar del Hilo - Colección Artium / Sala
Sur - ARTIUM - Basque Museum Center of Contemporary
Art, Vitoria-Gasteiz.
Paso En La Tierra, Cicus, Centro de Iniciativas Culturales de
la Universidad de Sevilla, Sevilla.
Feminist Genealogies in Spanish Art: 1960-2010, Musac Museo de Arte Contemporáneo de Castilla y León, Léon.
2013
93 - CGAC - Centro Galego de Arte Contemporánea, Santiago
de Compostela.
EXPOSITIONS PERSONNELLES, SOLO SHOWS (Sélection) :
2014
In Corpore. Casa de Los Coroneles. Fuerteventura (Islas
Canarias), España.
2013
Renè Peña. Bienal de Arte de Curitiba. Curitiba, Brasil.
2012
3 Monos. Galería Servando. La Habana, Cuba.
2011
René Peña. Citerna Fotografía (Festival d’Arte Fotografica).
Citerna (Perugia), Italia.
Relaciones Negativas (con Marta María Pérez). Centro
de Arte “La Regenta”. Las Palmas de Gran Canaria. Islas
Canarias, Espagne.
Black+White in Color (con Cirenaica Moreira) – Couturier
Gallery. Los Angeles CA, USA.
2009
Voyons voir !!! Galerie Intemporel, Paris, France.
2008
Black Album(Inauguration de FOTOLOGìA 6), Galerie Santa
Fe. Bogotà, Colombie
Icon. Sala Alterna, Galerie Santa Fe, Bogotà, Colombie
2007
Relations négatives (avec Marta Marìa Pérez), Galerie
Habana, La Havane, Cuba
Renè Peña. Exposition photographique, Galerie 23y12. La
Havane, Cuba
2006
Renè Peña. La fotografìa como rito. Casa Bénito Juarez. La
Havane, Cuba
Icon. IX Biennale de La Havane, Galerie Casa de Asia, La
Havane, Cuba
Territoires et Cartographies en Noir et Blanc, Renè Peña,
Fran Herbello, Galerie C-5 (Santiago de Compostela). Foire
Internationale de Gravure et d’Edition d’Art Contemporain,
E
XPOSITIONS COLLECTIVES, GROUP SHOWS (Sélection):
2014
Point de rencontre pour imaginaires voyageurs.
Galerie Intemporel, Paris
2013
Imagining Cuba. Tyler Art Gallery. Oswego, NY, USA.
A journey from Paris to New York, Galerie Intemporel, 330
West and 108st, New York, USA
2012
Caribbean. Crossroads of the world. El Museo del Barrio,
Queens Museum of Art, Studio Museum of Harlem. New
York, USA.
Queloides. Galerie Rudenstine, Harvard University. Boston,
USA.
2011
Cuban Visions. Metropolitan Pavilion. New York, USA
Quelodies. The 8th Floor Gallery. New York, USA.
2010
2009
10 is one, galerie Intemporel, Design District, Miami FL,
USA.
Without Masks. Contemporary Afrocuban Art from the Von
Christierson Collection. Johannesburg Art Gallery (JAG).
Johannesburg, South Africa.
Alicia Alonso dances here tonight. Magnan Metz Gallery.
New York, USA.
Hot Art Basel. Stand “Galerìa La Casona”. Basel, Suisse.
Contemporary Art Ruhr Festival. Essen, Allemagne.
El azar concurriente. Portugal Arte 10. Lisbone, Portugal.
Quelodies. The Mattress Factory. Pittsburgh, USA.
Monstruos devoradores de Energía. Plaza de San Francisco.
Sevilla, Espagne.
Cutlog. Ferìa de Arte Contemporàneo. Galerìa Artraces.
Paris, France
El trazo del fuego. Galería La Cometa. Bogotá, Colombia.
La Otra. Galería La Cometa. Bogotá, Colombia.
Cuban Artists’ Books and Prints Show - Fleming Museum,
Burlington- Latino Arts, Milwaukee, USA.
JAUME PIENSA
(Barcelone, 1955)
Sculpteur de formation, il pratique également la scénographie et la
création de costume pour le théâtre et l’opéra.
Il fréquente La Llotja, l’Ecole d’Art de Barcelone.
EXPOSITIONS PERSONNELLES, SOLO SHOWS
2006
Museu d’Art Modern de Palma, Mallorca, Espagne.
Centre de la Gravure et de l’Image Imprimée, la Louvière,
Belgique.
Centro de Arte Contemporaneo, Malaga, Espagne.
2007
Centro Cultural de Lectores, Barcelona – Espagne
MAMAC, Nice – France
Bastion St Jaume, Musée Picasso, Antibes – France
Schloss, Celle, Allemagne.
2008
Musée d’Art Moderne et d’Art contemporain, Nice, France
IVAM, Valencia, Espagne.
2009
Diehl+Gallery One, Moscou, Russie.
Galerie Lelong, Paris, France.
Galerie Lelong, New York, Etats-Unis.
2010
Galerie Lelong, Paris, France
Nasher sculpture center, Dallas, Etats-Unis.
El Centro cultural El Tanque, Tenerife, Espagne.
Musée Picasso, Antibes, France.
2011
Madison Square Park, New York, Etats- Unis.
Galerie Lelong, New-York, Etats-Unis.
2012
Place Vendôme, Paris, France
Musée de Gravelines, France
Abbaye des Dunes, Belgique.
Galerie Lelong, Paris, France
Yorkshire Sculpture Park, Wakefield, Royaume unis.
2013
Galerie Lelong, New-York, Etats- Unis.
Setouchi Triennale 2013, Ogijim, Japon.
Palazzo Cavalli-Franchetti, Venice, Italie.
Ville de Bordeaux, France
Galerie Lelong, Paris, France
Albright-Knox gallery, Buffalo, New York-USA
Mondern Kunst Im Dom, Bamberg, Allemagne
Emma, Espoo Museum , Finlande.
2014
Calcografi­a Nacional, Madrid, Espagne
Villa Wessel, Iserlohn, Allemagne.
JOAN HERNANDEZ-PIJUAN.
BARCELONE 1931-2005, Peintre de formation.
1945–1947 Il suit les cours de l’école des Arts et Métiers de Barcelone.
1952–1956 Etudiant à l’école des Beaux Arts de San Jordi de Barcelone.
1953
Première participation à des expositions collectives et
présentation de ses œuvres expressionnistes de résonnance
existentielles.
1955
Première exposition individuelle à la galerie Mataró, et
participation à plusieurs expositions.
1960
il fut un des créateurs de l’ Ecole dite de Barcelone. avec
les membres du Groupe Sílex (Carles Planell, Eduard Alcoy i
Lázaro, Josep Maria Rovira–Brull) .
1964 – 1965
Exposition à la galerie Renè Mètras de Barcelone où il
présente sa série de lithographies Les Estampes de la
Cometa.
Il reçoit le Prix Maribor à la VI Biennale Internationale de
gravure à Ljublijana
(Ukraine)
1966 – 1967
Création d’une nouvelle série de lithographies Las Celdas,
récompensée à la Biennale internationale de la gravure de
Cracovie en Pologne.
1971
Récompense pour la publication de Vijesnik u Srijedu à
Zagreb (Croatie) lors de la II Biennale Internationale du
dessin Rijeka.
1972
Durant les années soixante sa recherche picturale porte sur
le thème et les techniques du paysage.
1974
Il crée la série de gravures et d’aquatintes Escala 1.100 pour
la collection d’estampes de la Cometa.
1977
Il enseigne à l’Ecole supérieure des Beaux Arts de Sant Jordi
de Barcelone.
1979
Le Cabinet des Estampes du Musée d’Art et d’Histoire de
Genève présente l’exposition l’œuvre gravée de Hernández
Pijuan.
1980
Il devient Membre du comité des activités de la fondation
de Barcelone Miró.
1981 – 1984
Reçoit le premier prix national des Arts plastiques.
Dirige l’atelier d’art contemporain Circulo des Beaux Arts de
Madrid.
1985
Il reçoit l’honneur civil Creu de Sant Jordi par la région de la
Catalogne.
1986 – 1987
Il dirige un atelier d’art contemporain à Las Palmas,
Canaries et un autre atelier de peinture à l’école Eina de
Barcelone, il est également invité à prendre à celui du
Triangle - Art de la même ville.
1988 – 1989
Termine sa thèse de doctorat Pintura i Espai: una
experiència personal. Il devient Professeur de Peinture à la
Faculté des Beaux Arts of the l’université de Barcelone.
1990
Création de deux peintures murales pour le centre sportif
olympique Montjuic’s de Sant Jordi de Barcelone.
1991
Présentation au musée des Beaux Arts de Bilbao de
l’exposition et du catalogue Dix ans d’œuvres graphiques
1980-1990.
1992
Exposition intitulée Peintures 1972-1992 au the Centre
Culturel Tecla Sala à L’Hospitalet de Llobregat
Direction d’un atelier de peinture à Arteleku Saint Sébastien.
Participation à l’exposition Pasages au pavillon espagnol
dans le cadre de Expo’92 de Séville. Il présente également
une exposition personnelle au Pavillon de la Catalogne.
Nomination en tant que doyen de la faculté des Beaux Arts
de l’université Arts de Barcelone.
1993
Exposition Espacios de Silencio i de 1972-1992 au musée
national du centre d’ Art de Reina Sofía de Madrid, et celui
de Monterrey à Monterrey, Mexico etc.
Réalisation de la peinture monumentale du plafond de Aula
Ramón y Cajal de l’université de Barcelone.
Présentation de l’exposition itinérante Sensación y lugar
1983-1993 à Burgos, Grenade et Logroño.
1996
Réalisation d’une peinture murale pour l’église de Santa
Maria in Castelldefels, Barcelona.
Nomination en tant que membre de l’académie royale des
Beaux Arts de San Fernando, de Madrid.
1998 – 1999
Présentation de l’exposition itinérante Sentimiento de
paisaje 1976-1998 dans l’espace Credito Valtellinese Gallery
au Refettorio delle Stellini de Milan, puis au Frankfurter
Kunstverein de Francfort.
2000 – 2001
Exposition rétrospective de dessins au Rupertinum
Museum de Salzburg, Autriche.
2002 – 2004
Présentation de l’exposition Obra Gráfica III (1991- ­2002) à
La fondation du musée de la Gravure contemporaine
Création d’une œuvre picturale monumentale intitulée
Núvol en forma de malla per l’Ajuntament de Barcelone
pour le plafond de la Chambre des députés de Barcelone.
Présentation au musée d’Art contemporain de Barcelone de
l’exposition rétrospective Joan Hernández Pijuan. Tornant
a un lloc conegut. 1972-200,2 puis elle sera itinérante au
musée d’Art et d’Histoire de Neuchatel, au Kontnshalle
Malmöe de Malmo, Suède et à la galerie Comunale d’Art
moderne de Bologne.
2004 – 2005
Participation à la 51ème Biennale de Venise et présente
The Experience of Art and Always a Little Further au Pavillon
italien.
Awarded the Premio Nacional de Arte Gráfico.
Dies in his house in Barcelona on the 28th of December. His
ashes lie in Folquer in front of his loved landscape.
JOSEPH RIERA I ARAGO
(Barcelone, 1954)
ANTONI TAPIES
(Barcelone, 1923-2012)
1943
1972
Il fréquente la faculté des Beaux Arts de l’université de
Barcelone.
1973
L’Académie Royale des Beaux Arts de Sant Jordi, de
Barcelone.
EXPOSITIONS PERSONELLES, SOLO SHOWS
1984
Fundació Joan Miró, Barcelona, Spain.
1998
Riera i Arago : New Works
Joan Prats Gallery, New York NY,
Etats- Unis.
Galerie Franz Swetec, Düsseldorf, Allemagne.
1999
Galerie Boisserée, Cologne, Allemagne.
2000
Galerie de Rijk , La Haye, Pays - Bas .
2001
Lowe Gallery, Atlanta GA, Etats- Unis.
2003
Sculpture and Paintings
Tasende Gallery, West Hollywood
CA, Etats- Unis.
EXPOSITIONS COLLECTIVES ET FOIRES INTERNATIONALES.
2000
ART
Paris,
art
moderne
et
création
contemporaine, Carrousel du Louvre , Paris, France :
Galerie Kandler (Toulouse, France.)
KUNSTKÖLN 2000, Internationale Messe für Editionen,
Art Brut, Kunst nach Cologne,: Boza Editor, (Barcelone,
Espagne.)
2001
Art Basel Miami Beach: cancelled
Miami Beach Convention
Center – Miami Beach FL, Etats- Unis
: Galería Polígrafa,
(Barcelone Espagne.)
Art 32 Basel
Messe Basel, Basel BS, Switzerland,
: Galería
Polígrafa (Barcelone, Espagne.)
KUNSTKÖLN 2001, Internationale Messe für Editionen, Art
Brut, Cologne, Allemagne : Art Selection, (Kilchberg, Suisse.)
2002
Art Basel Miami Beach
Miami Beach, Convention Center,
Miami Beach FL, Etats- Unis : Galería Polígrafa , (Barcelona,
Espagne.)
Art 33 Basel
Messe Basel , Basel BS, : Galería Polígrafa
Barcelone, Espagne.
ArtBrussels, 20th Contemporary Art Fair
Brussels Expo,
Bruxelles, Belgique
: Galerie Denise Van De Velde , (Aalst,
Belgique.)22
2003
Art Basel Miami Beach
Miami Beach, Convention Center –
Miami Beach FL, Etats - Unis : Galería Polígrafa , (Barcelone,
Espagne.)
Art Cologne, n° 37
Cologne, Allemagne
: Galería Polígrafa ,
(Barcelona, Espagne.)
XAVIER SERRA DE RIVERA
(SANT JOAN DESPI, 1946)
Peintre, graveur et dessinateur.
Il étudie à l’École de Beaux-arts de Sant Jordi et au Conservatoire des Arts
du Livre de Barcelone.
1969
Exposition de gravures.
2005
Exposition collective 7351 Dias, Galerie Alejandro Sales,
Barcelone.
2010
Exposition personnelle, Retrat I Tempo, Espace Volart
Fundacio, Villa Casas. Barcelone.
Il suit les cours de dessin de l’académie Valls.
EXPOSITIONS PERSONNELLES, SOLO SHOWS (selection)
1995
The Solomon R. Guggenheim Museum, New York.
1999
Collection Essl Museum, Klosterneuburg, Autriche.
2004
Musée d’art contemporain (MACBA), Barcelone
Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía, Madrid.
Centro Cultural Banco do Brasil, Sao Paulo, Brésil.
2005
Essl Museum, Klosterneuburg, Autriche.
Patio Herreriano, Valladolid, Espagne.
Hara Museum of Contemporary Art, Tokyo
2006
Waddington Gallery, Londres.
2009
Galerie Lelong, Paris.
Kunstmuseum, Saint-Gall, Suisse.
2010
Galerie Waddington, Londres.
Marca, Catanzaro, Italie.
Fondation Tapies, Barcelone Espagne.
2011
Galerie Lelong, Paris.
EXPOSITONS COLLECTIVES, GROUP SHOWS
1949
Salon de octubre, Barcelone.
Institut français, Barcelone.
Salon de los Once, Madrid
1950
Exposition à la Pittsburg Internatonnal Exhibition of
Contemporary Painting.
1953
Biennale de Sao Paulo.
1960
New spanish painting and sculpture au MOMA de New York
Before Picasso, after Miró au Musée Solomon R.
Guggenheim.
1964
Painting and sculpture of the decade, Tate Gallery, Londres
1967
Galerie Maeght de paris.
Kunstmuseum de Saint-Gall, Suisse.
JOAN VILACASAS
(SABADELL 1920 -2007 BARCELONE)
Peintre, graveur, céramiste.
1940
Etudes à l’École du Louvre et à l’Atelier Canivet.
EXPOSITIONS PERSONNELLES, SOLO SHOWS:
1941
Première exposition à l’Académie des Beaux Arts de
Sabadell. Il y expose chaque année jusqu’en 1950.
1944
Exposition à Barcelone (Sala Pictòria).
1950
Il s’installe à Paris.
Exposition à la Sala Gaspar de Barcelone.
1951
Exposition de peintures et gravures à la Galerie la Boétie
Paris.
1952
Exposition Vilacasas à la Sala Gaspar de Barcelone.
Il participe au IIIe Salon de Jeunes Peintres à Paris.
1953
Participation à l’Exposition Peintres et Sculpteurs du Collège
de la Cité universitaire à Paris ainsi qu’à l’exposition Artistes
espagnols à la bibliothèque espagnole de Paris.
1954
Expose à Paris, à la Galerie Vivet ainsi qu’à Barcelone, à la
Sala Gaspa.
1956
Expose à Barcelone (Sala Gaspar).
1960
Il quitte Paris et s’installe définitivement à Barcelone.
Exposition personnelle à la galerie Prisme de Madrid. La
Nueva pintura Espanol à Athur Toot & Sons Ldt, à New York,
Before Picasso ; After Miró (The Salomon R.Guggenheim
Museum), à Bilbao (Arthogar
EXPOSITIONS COLLECTIVES, GROUP SHOWS
1985
Il collabore aux expositions Un segle de revistes d’art i poésia
à la Sala Gaspar au musée d’Art de Sabadell, El Gravat de
creació à Barcelone, Retratos à la Galerie Facción.
1986
Son œuvre est présentée dans l’exposition Arte Español en
Nueva York 1950-1970, organisée par la Fundación Juan
March de Madrid.
Il participe à l’exposition Paraguas Inmorales, présentée à
Barcelone et à Madrid Círculo de Bellas Artes.
Le théâtre Goya de Barcelone présente sa création de Sin
Chapa y sin collar.
1987
Exposition de ses Astrometries 86-87 à dans la salle
Quasar de Sabadell et participe également à
l’exposition Autoretrats du musée d’Art.
Ses Astrometries sont également présentées à Escala
Cósmica au Planetarium de Barcelone.
1994
Exposition à Moscou, au Musée Pouchkine, dans le cadre de
l’exposition El Realismo en la pintura actual española.
Exposition au Solverborgs Konsthall de Suède.
Participe à l’exposition Arta Catalana à la Galerie Etaj de
Bucarest.
Exposition à la Sala Thomas de Weiden. Allemagne.
Diffusion de la série télévisée Amb l’aigua al Call en 1990.
Présentation de sa pièce Tia Bona à La Faràndula de
Sabadell en 1992.
1995
Participation aux expositions présentées à Barcelone :
Art solidari contra la sida, Drassanes .
Un crit contra la intolerància, Escola Industrial.
7 del MAN avui Galeria Tres Punts.
Mostra d’Art Català de Sabadell.
1997
Exposition Del Retrato al Autoretrato, Galerie Maria José
Castellví de Barcelone.
A la nouvelle édition de Un crit contra la intolerància, Casa
Elizalde.
Exposition rétrospective de son oeuvre Pintura i estructures
à L’Académie des Beaux Arts de Sabadell avec plus de
80 pièces exposées.
2002
Inauguration de la Galerie d’Art Shatevín à Barcelone avec
l’exposition Joan Vilacasas. Planimetries.
Inauguration de la Bibliothèque Centrale de Sabadell où
est exposée en permanence la Seat 600 dont le titre est
devenue Autometria 600 de Joan Vilacasas.
2005
Exposition individuelle Joan Vila Casas dans la collection du
Muséeu d’Art de Sabadell, Planimétries (peintures, dessins,
gravures), structures et céramiques.
2006
Il participe à l’exposition virtuelle collective de gravures
Gravadors catalans del segle XX a la Biblioteca de
Montserrat. Collection de la bibliothèque du monastère de
Montserrat
MIQUEL VILLA
(BARCELONE, 1901- El MASNOU 1988)
Etudie à l’Ecole des Beaux Arts de Sant Jordi.
Première exposition à Bogota Colombie.
1922
Il s’installe à Paris et il expose au Salon d’Automne et au
Salon des Indépendants.
1936
Exposition à la Galerie Syra de Barcelone.
1951
Participation au salon des onze Madrid.
1977
Exposition anthologique à Madrid.
1985
Exposition anthologique à Madrid.
ORIOL VILAPUIG
(SABADELL, 1964)
Peintre de formation.
Il étudie pendant trois ans à l’école d’Art et Design Eina de Barcelone,
et plus tard a à la Faculté des Beaux-arts de l’Université de
Barcelone.
EXPOSITIONS PERSONNELLES, SOLO SHOWS
1986
Academia de Bellas Artes de Sabadell.
1987
Estudi Quasar Sabadell.
1990
Espai 83 Musée d’Art de Sabadell.
1991
Cercle Cultural de la Fundació La Caixa Granollers.
1992
1994
1995
1996
1997
1999
2000
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2008
2009
Galería Quart Barcelona.
Conte d’Hivern, Universidad de Valencia.
Jardins sota la pluja, Librería Crisol, Valencia.
Galería Ignasi Boxareu, Sabadell.
Galería My Name’s Lolita, Valencia.
Galería Fúcares , Almagro, Ciudad Real.
Galería Fúcares, Madrid.
Galería 16 San Sebastián.
Galería Siboney, Santander.
New Art’ 97, Galería Joan Prats, Barcelona.
Galería Marisa Marimon Orense.
Els ulls de Pan, Club Diario Levante, Valencia.
Galería Fúcares, Madrid.
Galería Fúcares , Almagro, Ciudad Real.
Galería Sandunga, Granada.
Galería Joan Prats, Barcelona.
Dels assaigs, Sala de Arte de la Universidad de Málaga.
Galería Joan Prats, Barcelona.
Res Galería Fúcares, Madrid.
Galería Sandunga, Granada.
Museo de Arte de Sabadell.
Galería My Name’s Lolita, .Valencia.
El placer y la sombra, Palacio Episcopal y Torre de doña
Blanca de Albarracín, Teruel.
El placer y la sombra, Club Diario Levante, Valencia.
Galería Joan Prats, Barcelona.
De la naturaleza de las cosas, Galería La Caja Negra, Madrid.
Dels assaigs, Galería Joan Prats, Barcelona.
EXPOSITIONS COLLECTIVES, GROUP SHOWS
1984
V Biennale de Arte de Barcelona, Caixa de Barcelona.
1989
II Biennale del Vallès, Cercle Cultural de la Fundació La
Caixa, Granollers.
1990
III Biennale del Vallès, Cercle Cultural de la Fundació La
Caixa, Granollers.
1991
Límits, Casal Pere Quart, Sabadell.
1992
3 Biennals/7 artistes, Fundació La Caixa, Reus, Vich y
Granollers.
1992
Romantic Spanish Paintings , Galería Long & Ryle, Londres,
Angleterre.
Natural and Reverie, Victoria Art Gallery, Museo de Arte de
Bath, Angleterre.
1996Eina, Homenatge a Joan Miró (Galería Carles Taché,
Barcelona.
1996-2003 ARCO Feria Internacional de Arte Contemporáneo, Madrid.
6 contemporanis del BS (Museo de Arte de Cerdanyola,
Cerdanyola del Vallès, Barcelona.